Le blog du Fonds Afrique Développement (FADEV | www.fadev.fr)

Ressources et réflexions sur l'entrepreneuriat social en Afrique!

mercredi 10 septembre 2014

LE SAVIEZ-VOUS...

... La production des entreprises africaines pourrait être améliorée de 40% en développant les infrastructures publiques (transport, électricité, traitement des eaux...)
source Banque Mondiale  Press Release No:2009/AFR/138



Début juin 2014, le Sommet de Dakar pour le financement des infrastructures en Afrique a réuni gouvernements, agences de développement, entrepreneurs et institutions financières pour identifier un ensemble de projets d’infrastructures à fort impact économique et accélérer leur réalisation.

On estime que l’urbanisation croissante contribuera à installer plus de 450 millions de nouveaux habitants dans les agglomérations africaines entre 2010 et 2040. L’accueil de ces nouveaux citadins est un véritable challenge à relever car les modes de financements traditionnels, états ou institutions financières, peinent déjà à répondre aux besoins de financement pour le maintien des infrastructures actuelles qui, de plus, restent à déployer vers les futures zones d’activité.
 
Suite à ce sommet, les axes d’amélioration à noter sont :
  • standardiser la préparation du pipeline de projets pour économiser sur les coûts d’analyse qui représentent entre 7 et 10% du coût d’investissement final des projets. Des mécanismes spécialisés sont nécessaires, tels que le Fonds de préparation des projets d’infrastructure du NEPAD (IPPF) et le fonds Africa 50 logé à la Banque Africaine de Développement. 
  • renforcer les Partenariats Public-Privé (PPP). Le processus d’élaboration de tout projet d’infrastructure nécessite une planification sur le long terme et appelle une plus grande harmonisation des règlementations et des politiques. Le cofinancement des états permet de partager, entre financeurs privés et états africains, la volonté d’assurer la réussite de ces projets, renforçant ainsi la stabilité des cadres légaux et fiscaux.
  • mettre en place des projets trans-territoriaux qui favorisent l’intégration économique et permettent des économies d’échelle, couvrant les besoins d’un nombre plus important de bénéficiaires.
Si les PME accompagnées par le FADEV bénéficieront certainement de l’amélioration graduelle de l’écosystème d’infrastructures, elles seront également capables :
  • de participer à leur niveau aux besoins des chantiers d’infrastructures et de leurs travailleurs,
  • d’assurer l’entretien des infrastructures mises en place,
  • d’initier des extensions des projets nationaux en local dans des domaines plus difficiles à financer par des fonds privés (électrification rurale, désenclavement par la réalisation de pistes, réseaux déconcentrés d’adduction d’eau et de collecte et traitement d’eaux résiduaires). C'est là où la lutte contre la pauvreté a un plus grand impact.
L’équipe du FADEV cherchera à sensibiliser les décideurs sur ces projets d'infrastructures pour intégrer l’utilisation de l'entrepreneuriat local dans ces investissements qui représenteront 100Md $ par an sur plusieurs décennies. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire